top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurF L'Hermite

Découvrir « l'ostéopathie viscérale », définition et indications


Cet article a pour but d’apporter un éclaircissement sur ce qui est nommé, par abus de langage, « l’ostéopathie viscérale ».


L’ostéopathie est une pratique manuelle qui s’acquiert par l’apprentissage de différents gestes techniques d’une part, par l’éducation manuelle (affiner la palpation) d’autre part. Dans le cadre des études d’ostéopathie, il est enseigné différentes techniques regroupées par catégories pour faciliter l’apprentissage et lier les connaissances anatomiques à la pratique. Ainsi, il existe entre autres les « cours d’ostéopathie crânienne » pour lesquels les techniques sont regroupées au crâne. Il existe aussi les « cours d’ostéopathie viscérale » qui comptent les techniques orientées vers les viscères. Cependant, dans le contexte d’une consultation en cabinet d’ostéopathie, ces techniques sont toujours intégrées au traitement global, lorsque le motif de consultation implique directement un viscère ou non (voir l'article « Concept de globalité et vue d'ensemble sur les fascias »).


Les recherches scientifiques contemporaines questionnent les interactions entre les troubles musculaires et les troubles viscéraux (viscéro-somatique ou somato-viscéral), notamment le lien potentiel entre une lombalgie chronique et des troubles fonctionnels gastro-intestinaux. La grande question est (à la manière de « qui de l'œuf ou de la poule »), où serait alors la cause et la conséquence ?






* * *

L'ostéopathie viscérale, qu'est-ce que c'est ?


Qu’est-ce que les viscères ?


Il s’agit des organes internes tels que ceux de la cavité abdominale (estomac, intestins, foie-vésicule biliaire, rate, pancréas, reins), de la cavité thoracique (œsophage, cœur, poumons, médiastin), de la loge du cou (larynx, pharynx, thyroïde, trachée) et du bassin (utérus-trompes-ovaires, prostate, vessie, rectum). Ils fonctionnent en interrelation entre eux et avec l’ensemble du corps humain et s’organisent par système : système digestif, urinaire, cardio-vasculaire, etc.


Comment l’ostéopathe aborde-t-il le système viscéral ?


Traditionnellement, l’ostéopathie porte ce regard original sur le système viscéral, considérant ces organes comme « s’articulant » entre eux. Les organes viscéraux possèdent des liens membraneux (des ligaments ou des épiploons), et sont en permanence en mouvement. C’est en cela que l’on peut envisager l’analogie aux articulations. Le mouvement dont il est question ici est dû au mouvement continu de la respiration pulmonaire (dont le moteur est le diaphragme). Le corps humain, d’après la philosophie de l’ostéopathie, se pense par le mouvement. Cette philosophie considère autant la mobilité des articulations musculo-squelettiques du corps que la mobilité de chaque organe viscéral. Concrètement ce sont des manipulations relativement douces, respectant le principe de non-douleur et n’impliquant aucune technique interne.


Afin de tenter de se représenter au mieux l’action de l’ostéopathe sur le système viscéral, il semble important de préciser que la main de l’ostéopathe se veut agir sur les fascias enveloppant les organes et non sur les organes directement. Autrement dit, l’ostéopathe agit sur ce qui fait lien entre les viscères (les ligaments et épiploons) pour améliorer la mobilité de ces derniers. Pour se le représenter mentalement, oublions l’image d’un ostéopathe qui « déplace » les organes, mais imaginons plutôt une action de détente de tensions des fascias (ligaments et épiploons) restituant de la liberté de mouvement au viscère et structures avoisinantes.



Rappelons que l’ostéopathie aborde toujours le corps humain dans sa globalité. Considérer le système viscéral et ses techniques associées ne va pas sans évoquer ses liens avec l’ensemble du système musculo-squelettique. Quels sont-ils ? Il s’agit des fascias. Par les liens et attaches des fascias, les organes viscéraux s’articulent entre eux mais aussi au cadre musculo-squelettique environnant. Par exemple pour la cavité thoracique, il s’agit de la colonne dorsale, des côtes et du sternum ; pour la cavité abdominale, il s’agit des dernières côtes, de la colonne dorsale basse et lombaire ; pour la cavité pelvienne (bassin), il s’agit des iliaques, du sacrum et du coccyx.


Par ailleurs, les études scientifiques actuelles, comme expliqué dans l'introduction, se tournent vers les liens entre le système musculo-squelettique et les le système viscéral. Par exemple lorsque votre ostéopathe vous explique que ses techniques vont s'adresser d'abord à la région lombaire, ensuite aux organes digestifs de l'abdomen, et le lien mécanique entre eux, ou bien l'inverse. Ou encore, bien souvent chez les femmes, le lien mécanique entre le bassin osseux (le sacrum à l'arrière, le pubis à l'avant) et les organes gynécologiques (utérus, trompes, ovaires). Les discours vont en ce sens : où il est question d'une interaction bidirectionnelle (on pourrait dire aussi, en spirale) ; et surtout lorsque le trouble est chronique, la cause devient la conséquence et inversement.


Enfin, les liens entre les systèmes sont également induit par le fonctionnement du système nerveux autonome sympathique-parasympathique d'une part et le système vasculaire et lymphatique d'autre part. C'est ce dernier, l'aspect circulatoire, qui anime les perspectives de recherches contemporaines au sujet de l'ostéopathie viscérale.



L'ostéopathie viscérale, pour les maux de ventre, les règles douloureuses, les troubles digestifs.
Figure 1 : le diaphragme participe à la respiration et à la mobilité viscérale



À quelle(s) problématique(s) répond l’ostéopathie viscérale ?


Un dysfonctionnement de la mobilité d’un organe pourrait expliquer une douleur à l’endroit de l’organe, à distance ou bien un trouble fonctionnel de l’organe.

Par exemple pour le système viscéral digestif, un motif de consultation serait la présence de troubles digestifs tels que les reflux gastro-œsophagiens, des maux de ventre, des diarrhées ou constipations, ballonnements, nausées, etc.


Autre exemple, pour le système uro-gynécologique, un motif de consultation serait des douleurs liées au cycle menstruel (avant, pendant / bassin, bas du dos), douleurs et troubles urinaires, l'accompagnement pendant la grossesse, et post-partum, etc.




Ostéopathie viscéral. L'ostéopathe soulage le mal de ventre avec des manipulations douces.
Figure 2 : relation étroite entre colonne vertébrale et système viscéral


En séance


« J'ai du mal à localiser précisément la douleur lorsque j'ai des maux de ventre, est-ce normal ? »


Oui, tout à fait. Les mécanismes de la douleur au niveau viscéral abdominal sont un peu particulier. Il y a une localisation commune au niveau médullaire (moelle épinière dans la colonne, c'est une sorte de réseau de fibres nerveuses) des douleurs musculosquelettiques et des douleurs digestives, elles utilisent les mêmes voies. D'où la sensation de douleur « diffuse » et la difficulté à dire qu'est-ce qui fait mal (ce qui parfois accroit une possible anxiété associée à la douleur).


Remarque : il n'y a pas forcément une lésion ou même une inflammation associée à une douleur gastro-intestinale. Un organe sain peut tout à fait envoyer des messages douloureux au cerveau.


La meilleure prise en charge des troubles fonctionnels gastro-intestinaux est une prise en charge pluridisciplinaire : tant sur le plan médical (physiopathologique), alimentaire (diététique) et psychologique (affectivo-émotionnel), etc.



* * *

L’ostéopathie, dans son approche viscérale, ne s’adresse pas directement à la pathologie impliquant un ou plusieurs viscères. Cependant, elle agirait sur certaines manifestations de la pathologie (ce qu’on appelle les symptômes). Dans le cas d’une maladie, l’ostéopathie n’est indiquée qu’en parallèle d’un suivi médical. Elle vise, nécessitant une ou plusieurs consultations, à atteindre une diminution voire une disparition des symptômes douloureux, entre autres, et une amélioration du confort de vie.


Votre ostéopathe ne se substitut pas à vos consultations chez le médecin généraliste. L'ostéopathe n'est pas en droit d'établir un diagnostic.






Recherche scientifique (sources) :


Une étude récente (2018) montre les effets de techniques viscérales ostéopathiques sur la douleur chez des patients souffrant de cervicalgie chronique.


- Dal Farra, F., Risio, R. G., Vismara, L., & Bergna, A. (2020). Effectiveness of Osteopathic Interventions in Chronic Non-Specific Low Back Pain: a Systematic Review and Meta-Analysis. Complementary Therapies in Medicine, 102616.


- Switters, J. M., Podar, S., Perraton, L., & Machotka, Z. (2019). Is visceral manipulation beneficial for patients with low back pain? A systematic review of the literature. International Journal of Osteopathic Medicine, 33, 16-23.


Source images : Gray's Anatomy for Students, Second Edition, Ed. Elsevier Masson, 2010

Source informations : Anaïs Beaupré, ostéopathe D.O. , webinaire « Regards modernes sur l’approche viscérale » (2021).

1 Comment


Bruno Ducoux
Bruno Ducoux
Oct 06, 2023

Très interressant. Merci😀

Like
bottom of page